Questions réponses avec l’auteure Fanny Bechert

Questions réponses avec l’auteure Fanny Bechert

Avec plusieurs romans fantastiques à son actif, Fanny Bechert nous parle de son parcours, de ses succès, de ses fans et de ses produits dérivés.

Bonjour Fanny, et merci de prendre le temps de nous accorder cette interview. Tu as publié ton premier roman en 2015 en tant qu’auto-éditrice. Qu’as-tu appris avec la sortie de ce premier livre ? Y a-t-il des choses que tu aurais aimées savoir avant ?

J’ai simplement tout appris ! Quand j’ai commencé à écrire, je ne savais rien de ce métier. Je n’étais même pas vraiment consciente que j’étais en train d’écrire un livre. Il n’a cessé de grandir. « Écris ce que tu penses » me disait un ami, et c’est ce que j’ai fait. Eh bien, à un moment donné, j’avais un manuscrit de 400 pages devant moi.

Après cela, j’ai appris chaque étape supplémentaire en suivant la méthode essai-erreur. Je voulais aller dans une maison d’édition et j’ai essayé plusieurs choses avant de me lancer dans l’auto-édition, du moins pour une courte durée.

J’ai beaucoup appris sur les motivations des éditeurs, sur ce qui plaît aux lecteurs et ce qui se passe sur les blogs. Avant cela, je ne savais même pas qu’il y avait une telle cohésion entre les passionnés de littérature. Et bien sûr, j’ai aussi beaucoup appris sur moi-même et sur l’écriture. On voit clairement quel est mon premier livre et quel livre a plus de maturité.

Et, comment trouves-tu tes lecteurs aujourd’hui, en ligne ou grâce à tes lectures publiques ?

Beaucoup de choses se passent en ligne, même lorsqu’il s’agit de livres de poche. En tant qu’auteur, vous devez être présent, non seulement avec votre livre, mais surtout avec des détails le concernant. Des choses comme le processus d’écriture, le développement du caractère et les sources d’inspiration intéressent les lecteurs et leur font prendre conscience du livre ou de l’auteur.

Mais il ne faut pas non plus sous-estimer l’aspect vivant. Les salons du livre sont à mon avis les événements les plus importants, non seulement le Salon du livre de Francfort et de Leipzig, mais aussi les petits salons qui ont lieu dans de nombreux endroits. C’est là que les auteurs rencontrent un public de curieux qui ne vous connaissait pas auparavant.

Les salons du livre sont énormément importants pour l’auteure, la lectrice, l’être humain qui sont en moi. J’aime les salons de tout mon être. C’est un moyen incroyablement formidable de rencontrer des lecteurs, une occasion unique d’échanger avec des auteurs et éditeurs, et bien sûr un tremplin pour sa promotion.

Le fait que le Salon du livre de Leipzig a été annulé cette année est un coup très dur pour la scène littéraire. Maintenant, le grand espoir est sur Francfort en automne, mais aussi pour les plus petits salons comme BuchBerlin. J’espère sincèrement qu’ils pourront avoir lieu.

View this post on Instagram

Ich habe coole News für euch! . Noch rechtzeitig, um sich für die #LBM20 auszustatten, könnt ihr jetzt ganz viel tolles Zeug zu mir und meinen Büchern bekommen – in meinem brandneuen Shop bei @spreadshirt 😍 . Und das Beste: aktuell bekommt ihr 1️⃣5️⃣% Rabatt!!! . Ob "Have a FANNY day", das #Elesztrah-Wappen oder das #CtN-#Bandana – ihr könnt alles wild kombinieren, so wie es euch gefällt! . Ich habe mir schon eine Jacke gegönnt, und sie ist einfach ultra cool! Habt ihr schon was mit meinen Designs? Dann zeigt unbedingt her unter dem Hashtag #Fannynatiker 😍 . Zusätzlich habe ich auch noch ein paar coole Designs für #Buttons, #Mouspads und #Untersetzer für euch erstellt. . Den Link zum Shop findet ihr in meiner Bio unter MERCHANDISE . . #spreadshirt #spreadshirtshop #lieblingsjacke #buchverliebt #bücherjunkie #büchernerd #büchersüchtig #bookstagramgermany #merchandise #fanstuff #goodies #haveafunnyday #fannybechert #fannyfiziert #fannyfürdieohren

A post shared by Fanny Bechert (@fannybechert) on

Et il n’y a pas que les salons du livre qui n’auront pas lieu cette année. En ce moment le monde entier est plus ou moins en quarantaine. Comment passes-tu le temps pendant cette crise ? As-tu besoin de te distraire régulièrement quand tu écris, ou tu préfères ne river tes yeux que sur ta feuille ?

C’est vrai, je remarque relativement peu les restrictions actuelles. Je suis principalement narratrice de livres audio et j’enregistre dans mon home studio, ce qui me permet de continuer à travailler normalement.

L’écriture fait partie intégrante de ma vie quotidienne et c’est la première chose que je fais le matin. Même avant la crise de COVID-19, je ne me laissais pas distraire. Bien sûr, il me manque aussi un peu d’apport extérieur, ce qui peut être très inspirant. Mais comme je rencontre ma muse surtout dans la musique ou les films de toute façon, j’ai de quoi me rabattre en quarantaine.

Ta dilogie « Countdown to Noah » parle d’une pandémie. Dans le contexte actuel, est-ce que les lecteurs aiment lire sur le sujet plus ou moins qu’avant ?

Je me suis posé cette question et, comme je n’ai pas trouvé de réponse, je l’ai posée à ma communauté il y a quelques jours. En fait, il semble qu’on évite plutôt ce genre de roman en ce moment et qu’on préfère les livres sur des choses agréables ou drôles.

Cependant, il y a aussi suffisamment de lecteurs dont leurs lectures ne dépendent pas de l’actualité. Certains mêmes recherchent consciemment des histoires qui traitent de sujets bien pires.

Qu’est-ce qui t’as motivée à ouvrir un Spreadshop ?

J’adore créer des images et des logos pour mes livres. Et bien sûr, je veux les rendre accessibles aux lecteurs, de préférence sur tout type de support : t-shirts, mugs, tapis de souris, badges… Je ne peux pas faire ça moi-même. Je suis une auteure et je ne saurais pas comment faire pour proposer mes produits au public de manière significative.

Avec sa multitude de produits, Spreadshop est un petit paradis. Je ne pourrais jamais atteindre ce niveau en solitaire. Et quand j’ai réalisé que tout ce que j’avais à faire était d’importer mes images pour que mes lecteurs puissent réaliser tous leurs rêves, j’ai été convaincue !

View this post on Instagram

Wie so viele andere auch, befinde ich mich mitten in der #Messevorbereitung. Denn da ich ein durch und durch optimistischer Mensch bin, bin ich überzeugt, dass die #LBM20 wie geplant stattfindet. . Dieses Mal wird mich meine tolle #CtN-#Blechtasse begleiten 😊 da weiß ich immer, welcher #Becher mir gehört 😁😁😁 . Wenn sie euch genauso gut gefällt wie mir – schaut mal in meiner Bio unter #Merchandise 😏 da findet ihr die #Tasse und noch ganz viel anderes tolles Zeug. . Und noch besser: aktuell gibt es auf meiner Facebookseite ein #Gewinnspiel, wo ihr einen #Gutschein für den Shop gewinnen könnt! . Warum der Becher hier auf einem Haufen brauner #Haare liegt? Tja, ihr werdet es erfahren … . . #lbm2020 #optimist #leipzigerbuchmesse #leipzigerbuchmesse2020 #fannybechert #Fannynatiker #buchmerch

A post shared by Fanny Bechert (@fannybechert) on

Tu utilises Instagram et Facebook non seulement pour commercialiser tes livres, mais aussi pour tes produits. Comment tes fans réagissent-ils ?

Tout d’abord, je suis probablement la plus grande fan de mes produits. J’ai une veste, des t-shirts, des mugs … et il y en aura d’autres.

Bien sûr, je publie des photos pour lesquelles je reçois de fantastiques commentaires. Mon enthousiasme est authentique et les choses se passent très bien avec les gens. Je peux presque toujours enregistrer de nouvelles ventes après avoir mis une publication en ligne.

Et lorsque les informations parviennent aux lecteurs, ils les diffusent sur leurs réseaux sociaux. Cela suscite un intérêt supplémentaire pour mes produits, mais aussi pour les livres qui se cachent derrière.

Est-il vrai, surtout pour le genre fantastique, que les produits dérivés fonctionnent très bien ?

Je pense que le genre s’y prête tout simplement très bien. Existe-t-il un autre genre où on peut se défouler et s’épanouir avec des mots et des images comme pour le fantastique ? C’est probablement pour cette raison que les produits dérivés sont monnaie courante et que de nombreux lecteurs sont devenus des collectionneurs, très heureux lorsqu’il y a des produits à l’image de leur nouveau livre préféré. Il en est de même dans le monde du cinéma et des jeux.

Mais je vois aussi beaucoup de potentiel dans d’autres genres. Qu’il s’agisse d’un joli slogan, d’un logo ou d’un symbole, ou même d’images de personnages de livres, cela peut fonctionner pour tous les genres. Je ferai mes premières expériences à la fin de l’été, car c’est à ce moment-là que j’explorerai un nouveau genre avec le roman d’amour « Ich wette, du verliebst mich nicht » (trad. Je parie que tu ne tomberas pas amoureux de moi). Je réfléchis déjà à des produits appropriés.

Tu organises également des tirages au sort. Pourquoi sont-ils si importants pour les fans ?

Bien sûr les fans, comme tout le monde, adorent les cadeaux. Dans le meilleur des cas, le cadeau est aussi quelque chose que tu n’achètes pas pour toi-même. Et il en va souvent de même pour les produits dérivés.

Bien sûr, les tirages au sort sont des outils marketing. Ils sont utiles pour faire connaître des livres ou des produits à un plus grand nombre de personnes. Comme je le dis toujours : un livre a beau être excellent, mais personne ne le lira si personne ne sait qu’il existe. Les jeux permettent justement de montrer qu’il existe, et cela fonctionne aussi avec d’autres choses.

Tu prends tes produits avec toi en déplacement ?

J’ai toujours des flyers ou des marque-pages avec moi, et ce que je peux présenter sur mon corps. J’ai déjà dit à quel point j’aime mon sweat à capuche ?

Pour les autres produits comme les mugs ou les badges, c’est le lieu qui décide. Si j’ai la possibilité de les présenter et les vendre à côté de mes livres, j’en prends naturellement quelques-uns avec moi. J’essaie toujours de proposer quelque chose de nouveau, afin que les fans de longue date en aient aussi pour leur argent.

Nous sommes très heureux que Spreadshop t’aide pour ta promotion.

Dis-nous-en plus sur ta manière d’écrire. Tu comptes p. ex. le nombre de mots et publies cette information. Pourquoi ?

Je suis une personne extrêmement bien organisée et j’ai besoin de données précises pour tout afin de travailler efficacement. Je me suis donc fixé certains objectifs chaque jour : enregistrer tant de minutes, arranger tant de minutes, écrire tant de mots. Et pour mesurer cette productivité, je tiens un journal. Cela m’aide à me contrôler, mais aussi à me motiver énormément lorsque je dépasse les bornes quand les choses se passent très bien. Et même les jours où les choses ne vont pas bien, je peux voir que je respecte toujours mes objectifs mensuels. Le progrès me stimule et m’aide à suivre le rythme.

Tu prêtes également ta voix. Comment les livres audio et Amazon ont-ils modifié le marché du livre ?

Je ne pense pas avoir été suffisamment longtemps dans le domaine pour pouvoir répondre à cette question. Après tout, écrire est un passe-temps pour moi et prêter ma voix n’est ma principale activité que depuis un an seulement. En tout cas, le marché du livre audio prend toujours plus d’ampleur. Une toute nouvelle clientèle cible s’ouvre ici aux auteurs et éditeurs, composée soit d’auditeurs, soit de lecteurs.

J’espère que dans un avenir proche, beaucoup d’autres oseront suivre cette voie avec leurs livres. L’énergie investie est relativement faible, car le livre a déjà été écrit, et vous touchez un grand nombre de nouveaux consommateurs. Et je dis cela non seulement en tant que narratrice, mais aussi en tant qu’auditrice passionnée de livres audio !

As-tu des conseils à donner aux autres auteurs ou éditeurs qui souhaitent vendre leurs propres produits avec Spreadshop ?

Oui un en particulier : il faut qu’ils se lancent !

C’est un moyen incroyablement simple de créer du matériel promotionnel et de donner aux lecteurs accès à de merveilleux cadeaux pour ses livres sans avoir à prendre de grands risques.

C’est à eux de voir si la boutique fonctionne bien en fin de compte. Bien sûr, cela ne fonctionne pas sans une bonne publicité. Mais à mes yeux, c’est faire d’une pierre deux coups, car au final, les produits sont des supports promotionnels pour les livres sans avoir besoin d’y passer un temps fou.

Les mots de la fin : quel tuyau donnerais-tu aux futurs écrivains ?

Ne jamais avoir peur d’accepter de l’aide ! Pour mon premier livre, je voulais tout faire par moi-même, en partie pour faire mes preuves, en partie pour économiser. Jusqu’à un certain point, on peut le faire, mais on atteint ses limites. Et cela n’est pas nécessaire pour le bien du livre.

Il y a certaines choses dont on ne doit pas se passer. Par exemple, des lecteurs test honnêtes, un bon correcteur ou un éditeur digne de confiance, mais aussi le soutien de blogueurs et de réseaux d’auteurs. Ou même un service de boutique en ligne simple 😉

Tout n’est pas nécessaire pour tout le monde, mais on ne peut pas non plus se passer de tout.

View this post on Instagram

Was war das für ein wunderbarer #tagderoffenentür im Lager des #SternensandVerlag 😍 einmal mehr 2ar ich ungemein stolz, mich #HüterinderSterne nenne zu dürfen. . Ernsthaft, es hat mich so geflasht, wie viele Leute den Weg nach #Greiz gefunden haben und mit uns ein klein bisschen #Buchmesse-Flair genossen haben. Ich danke allen Besuchern, das ihr da wart und diese erste Fete im Lager zu so etwas Besonderem gemacht habt ♥️ . Und besonderen Dank an all die tolle Autoren und natürlich die #weltbesteVerlegerin @c.m.spoerri , ohne die all das nicht möglich wäre! . Danke @sternensandverlag ! . . #Buch #bücher #bücherregal #verlag #lieblingsverlag #buchverliebt #livestattleipzig #leipzigerbuchmesse2020 #stattleipzig #danke #ihrseiddiebesten #büchersammler #buchhandlung

A post shared by Fanny Bechert (@fannybechert) on

Merci Fanny de nous avoir consacré du temps. Nous attendons avec impatience ton prochain roman, te souhaitons une bonne continuation et beaucoup de succès.

Retrouvez Fanny dans son Spreadshop et sur Instagram.

Vous êtes auteur, éditeur de livres ? Vous voulez proposer des produits avec Spreadshop ? Ecrivez-nous à business@spreadshop.com.